Histoire

1885-1927: les Îles de St.Leger

En 1885, Richard et Antoinette Fleming St. Leger achetèrent les Îles de Brissago, qui étaient alors recouvertes d’une rare végétation indigène et abritait les vestiges d’un couvent. Après avoir restauré le couvent, ils se dédièrent à la création du jardin. C’est avec de grandes barques qu’ils apportèrent sur la Grande île de la bonne terre et du fumier. Ils construisirent des allées et plantèrent des espèces subtropicales.
En 1897 le Baron abandonna l’île et son épouse pour s’installer à Naples. Après la première guerre mondiales, les dettes rendirent précaire la situation de la Signora. En 1927, celle-ci fut obligée de vendre la propriété. Elle s’installa d’abord à Ascona puis à Intragna ou elle vécut à charge de l’assistance publique jusqu’à sa mort le 24 janvier 1948.

1928-1949: Max Emden

Max Emden était loin d’être un grand passionné de botanique et de jardinage. Il cultivait surtout l’art de vivre. C’est à lui que nous devons la riche demeure qui du haut de la Grande île surplombe les eaux azur du Lac . La magnifique Villa a été édifiée à la place de l’ancien couvent avec les matériaux les plus nobles. Des marbres de Carrare de la Salle des Glaces et des escaliers majestueux au sol florentin de la Sala Rossa. Quant à la végétation des jardins, Max Emden a eu le mérite de ne rien avoir bouleversé. Les architectes ont adapté l’édifice à la splendeur du jardin.
Max Emden a séjourné aux Îles de Brissago jusqu’à son décès dans une clinique de Locarno en 1940.

A partir de 1950 : Le parc botanique du Canton du Tessin

En 1949 le Conseil d’Etat du Canton du Tessin reçut une offre de la part des héritiers d’Emden pour la vente des Îles. Le Canton du Tessin, les trois communes riveraines Ascona, Brissago et Ronco s/ Ascona, la Ligue Suisse pour la protection du patrimoine national et celle de la protection de la nature achetèrent les Îles et la Villa.
Le contrat de vente, stipulé le 2 septembre 1949, établissait que « les Îles et les établissements seront destinés uniquement à des fins de conservation et de mise en valeur des beautés naturelles, à vocation scientifique, culturelle, touristique. »

Le 2 avril 1950, le matin du dimanche des Rameaux, les portes du Parc botanique des Îles de Brissago furent ouvertes au public.